Le blog RH de JF Rio, santé au travail et e-RH

Santé au travail, E-RH, Nouvelles technos

Archive for avril 2010

Un prestataire RH lance un indice européen des arrêts de travail

leave a comment »

Aon Consulting, une société spécialisée dans le conseil en protection sociale et RH, vient de lancer, pour les employeurs, un indice européen des arrêts de travail, baptisé European Sick Leave Index (ESLI). Objectif de ce nouveau service : optimiser les performances de l’entreprise en pilotant l’absentéisme.

La durée moyenne des « arrêts maladie », leur fréquence et la prévalence (proportion de salariés arrêtés pour raison de santé) sont les indicateurs référence de ESLI. Ensuite, le benchmark se fonde sur des données collectées auprès de 200 entreprises, regroupant plus de 370 000 salariés, présentes dans des secteurs d’activité clés de quatre pays européens : l’Allemagne, la Belgique, la France et les Pays-Bas, en attendant l’Espagne, le Royaume Uni ainsi que des pays scandinaves et de l’Europe de l’Est. A titre d’exemple, cité par Aon Consulting, l’indice ESLI permet de quantifier et de comparer l’impact de l’absence continue d’un salarié pendant 200 jours par rapport à celle de 20 salariés absents pendant 10 jours chacun, ces journées étant réparties sur toute l’année.

Premiers constats

Et le prestataire RH de livrer ses premiers constats : les 370 000 salariés du benchmark ont posé environ 4,2 millions de journées d’absence pour cause de maladie ; le coût total de ces arrêts de travail, pour les 200 entreprises étudiées, avoisine les 665 millions d’euros ; en moyenne, le coût direct par journée d’arrêt de travail revient à près de 160 euros pour l’employeur. De quoi sans doute pousser les entreprises à faire davantage de prévention.
Enfin, la France affiche une durée moyenne des arrêts de travail nettement supérieure à celle des autres pays, mais compensée par un nombre inférieur d’arrêts. En Allemagne, la situation est exactement inverse.

Written by jfrio

avril 14, 2010 at 5:53

Les journalistes souffrent eux aussi de conditions de travail dégradées

leave a comment »

Il est peu fréquent qu’une étude se penche sur les conditions de travail des journalistes. C’est pourquoi l’enquête que vient de publier l’agence de relations publiques Burson-Marsteller mérite quelques lignes sur ce blog dédié, notamment, à la santé au travail.
Selon les résultats de ce sondage, les journalistes affirment subir, eux aussi, une dégradation de leurs conditions de travail. Réduction des effectifs et des moyens, gel des salaires, polyvalence des tâches, hausse du niveau de stress et augmentation de la charge de travail dans des délais de réalisation toujours plus courts sont des sentiments partagés par la majorité des personnes interrogées, et ce, quel que soit le pays. Alors que seulement 15 % des sondés ne ressentent nullement l’impact de la crise au quotidien, la majorité des journalistes mettent en avant une érosion de la qualité du travail fourni.
Les causes de ce malaise sont, selon l’étude, dues aux effets de la crise – la multiplication des plans sociaux dans les groupes de presse et d’édition est à ce titre un bon indicateur – et la montée en puissance du numérique. Paradoxe : si 17 % des journalistes considèrent l’avènement d’Internet comme une menace pour la presse, 42 % d’entre eux perçoivent dans ces nouveaux modes de diffusion une réelle opportunité.

Consulter l’étude complète (anglais)

Written by jfrio

avril 9, 2010 at 5:59

Mickey m’a tué ?

leave a comment »

Le chef cuisinier d’Eurodisney, qui a mis fin à ses jours fin mars à son domicile, le jour où il devait reprendre son travail après un arrêt maladie, aurait gravé sur un mur « Je ne veux pas retourner chez Mickey, je t’aime, pardon les enfants ». C’est en tout cas ce que vient de déclarer le beau-père de la victime qui travaillait depuis 10 ans dans le parc de loisirs. L’entourage familial du salarié s’est déclaré scandalisé par les déclarations de la direction de l’entreprise pour qui ce drame s’explique par des problèmes personnels.

Le message que le PDG de l’entreprise a adressé au personnel – visible sur les sites Miroir Social et FO Disney – est à ce titre  sans équivoque : « Bien que traversant une période personnelle difficile, Franck a toujours fait preuvre d’exemplarité dans son travail….  » A l’exception de FO, les autres syndicats d’Eurodisney ne font pas (encore) l’amalgame entre cet acte désespéré et les conditions de travail. Un CHSCT doit prochainement se tenir pour faire le point sur ce drame.

Il s’agit du deuxième suicide d’un salarié d’Eurodisney cette année : le 21 février, un homme âgé de 30 ans, embauché en 2004, s’était suicidé à la gare d’Esbly, en Seine-et-Marne.

Written by jfrio

avril 6, 2010 at 5:14