Le blog RH de JF Rio, santé au travail et e-RH

Santé au travail, E-RH, Nouvelles technos

Posts Tagged ‘souffrance au travail

La spécialiste de la souffrance au travail Marie Pezé licenciée pour inaptitude

with one comment

Celle qui a créé et qui animait la consultation sur la souffrance au travail au Centre d’accueil et de soins hospitaliers (Cash) de l’hôpital de Nanterre (92), celle que les journalistes (je l’avais interviewée en octobre 2008 puis revue à maintes reprises dans des colloques) et les hommes politiques sollicitaient a été licenciée cet été pour inaptitude. Invalide, Marie Pezé, qui ne parlait jamais de son handicap, demandait à la direction de l’hôpital un aménagement de son poste de travail comme l’exigeait depuis plusieurs années la médecine du travail.
Des préconisations qui n’ont jamais été prises en compte. Fatiguée physiquement et sans doute nerveusement (elle accueillait environ 900 patients par an), elle a été déclarée inapte par la médecine du travail. Il se murmure qu’elle pourrait intenter une action en justice pour discrimination liée à son handicap physique.

Marie Pezé est psychologue clinicienne, psychanalyste et psychosomaticienne. Elle dirigeait, depuis 1997, la consultation “Souffrance et travail” qu’elle a elle-même créée au Centre d’accueil et de soins hospitaliers (Cash) de l’hôpital de Nanterre (92). Depuis 2007, elle est experte auprès de la cour d’appel de Versailles.Elle anime également de nombreuses formations. Son livre Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés, adapté au grand écran par Marc-Antoine Roudil et Sophie Bruneau, a médiatisé le problème de la souffrance au travail.

Lire aussi le papier de Rue89 sur cette affaire

Publicités

Written by jfrio

août 26, 2010 at 7:06

Un entretien avec Marie Pezé (hôpital de Nanterre) sur la souffrance au travail

with one comment

Marie Pezé anime la consultation “Souffrance et travail” de l’hôpital de Nanterre (publié dans Entreprise & Carrières, le 7/10/2008)

photo : serge cannasse – © serge.cannasse@wanadoo.fr


Votre consultation a été ouverte en 1997. La situation s’est-elle structurellement aggravée ? Ou les salariés viennent-ils davantage consulter parce que les problématiques de santé au travail sont plus médiatisées ?

Les pouvoirs publics et la presse se sont, certes, emparés du sujet, mais le malaise est profondément ancré. Le travail s’est terriblement intensifié sous l’effet, entre autres, de l’avènement des modes de production en flux tendus et de l’omniprésence des nouvelles technologies qui ont réduit les marges de manœuvre des salariés ; les mécanismes de contrôle et d’évaluation du travail sont devenus intrusifs et punitifs ; la frontière entre la vie privée et la sphère professionnelle n’a jamais été aussi poreuse ; les collectifs de travail se sont fissurés ; le contenu même du geste de travail s’est considérablement appauvri. Toutes les catégories socioprofessionnelles sont frappées. Si vous prenez, par exemple, le cas des suicides liés au travail, la seule différence avec ce que l’on a pu connaître par le passé, c’est qu’aujourd’hui, nous sommes en présence de suicides “dédicacés”. Les personnes passent à l’acte en espérant que cela servira à quelque chose. C’est une sorte d’acte militant. Je crains désormais que les salariés ne retournent leur violence vers autrui.

– Dans quel contexte avez-vous créé votre consultation ?

Je travaillais en tant que psychanalyste dans un service de chirurgie de la main. Progressivement, dans les années 1990, nous avons vu arriver une nouvelle population de patients. Il ne s’agissait plus de traiter les victimes “traditionnelles” d’accidents du travail mais des salariés totalement épuisés atteints de pathologies des membres supérieurs qui récidivaient. A l’époque, nous ne parlions pas encore de TMS. En outre, nous n’avions pas les outils cliniques, la fameuse grille de lecture, pour comprendre les fondements de cette souffrance. Ce n’est qu’ensuite, grâce notamment à l’apport des travaux de Christophe Dejours, qui occupait la chaire de psychologie du travail au Conservatoire national des arts et métiers, que nous avons appris à décrypter les effets de l’organisation du travail, de certaines formes de management sur la santé physique et mentale des salariés. C’est ainsi que nous avons découvert avec stupeur que certains manuels de management prônaient ouvertement la pratique de la terreur pour “booster” les salariés. Ces pathologies sociales se sont aggravées avec la montée du chômage. Les salariés, dont beaucoup de femmes seules avec des enfants à charge, se sont mis à subir en silence par crainte de perdre leur emploi. Du coup, quand ils arrivent en consultation, ils sont totalement détruits.

Après la sortie du livre de Marie-France Hirigoyen, en 1998, sur le harcèlement moral, nous avons été confrontés à une recrudescence de patients qui se prétendaient harcelés. Ces personnes souffraient manifestement de névroses traumatiques graves. Cela dit, nous nous sommes aperçus que, dans bien des cas, la pathologie trouvait son origine dans la dégradation des conditions de travail et ne relevait pas uniquement d’une problématique psychologique. Je me souviens de cette personne travaillant dans un cabinet juridique dont le temps de travail consacré à un dossier était contrôlé par un sablier se matérialisant sur l’écran de l’ordinateur. Or, le sablier tournait aussi la nuit et pendant les temps de pause !

Comment les professionnels des RH peuvent-ils agir pour éradiquer cette souffrance ?

Cela commence par la bonne compréhension de la survenance des pathologies professionnelles. Il convient parallèlement de s’interroger sur le management, l’organisation du travail. Je milite avec beaucoup de conviction pour que les formations initiales en RH et en management intègrent la santé au travail dans les enseignements. C’est le sens du rapport sur la formation des futurs managers et ingénieurs en santé au travail remis, en juillet dernier, par le professeur William Dab à Valérie Pécresse et à Xavier Bertrand. Récemment, j’ai accueilli, dans ma consultation, des étudiants en gestion des ressources humaines de l’université de Namur, en Belgique. Je peux vous affirmer qu’à la fin de la journée, ils n’étaient plus les mêmes. Il y a donc un travail pédagogique à fournir en direction de la communauté RH. Il est urgent que les DRH soignent le travail. J’assiste à un début de prise de conscience. Certains juristes commencent ainsi à déconseiller à des entreprises de mettre en œuvre des pratiques RH “harcelogènes” comme l’évaluation à 360o.

Les organisations syndicales doivent, elles aussi, se mettre au diapason. Arc-boutées sur les questions de salaire et d’emploi, elles ont refusé pendant longtemps de s’approprier tout un savoir en sciences humaines. Quand je vois, aussi, des inspecteurs du travail tirer à boulets rouges sur certains patrons totalement démunis, je me pose la question de l’efficacité de l’action.

– Le gouvernement entend s’attaquer au stress au travail. Est-ce de bon augure ?

Absolument, tout comme la déclinaison de l’accord européen par les partenaires sociaux. Cela dit, le rapport commandé par Xavier Bertrand à Patrick Légeron et à Philippe Nasse ne me semblait pas utile car il existe une somme d’études et d’enquêtes sur ce sujet, telles que les publications de la Dares ou l’enquête Sumer, qui porte sur des milliers de salariés. Ce ne sont pas les outils et les rapports qui manquent, mais les actes. A mon sens, il faudrait rapidement revoir les tableaux des maladies professionnelles pour y introduire de nouvelles pathologies comme l’épuisement professionnel ou les troubles cognitifs. Il est frappant de constater que dès qu’une personne sort du cadre de son travail, sa pathologie disparaît. Autre piste : renforcer la pluridisciplinarité, notamment pour aider les médecins du travail qui ne sont pas suffisamment armés pour lutter contre les risques psychosociaux.

A consulter : la carte des consultations « Souffrance et travail” : La carte de France des consultations de souffrance au travail

Marie Pezé est psychologue clinicienne, psychanalyste et psychosomaticienne. Elle dirige, depuis 1997, la consultation “Souffrance et travail” qu’elle a elle-même créée au Centre d’accueil et de soins hospitaliers (Cash) de l’hôpital de Nanterre (92). Elle accueille environ 900 patients par an. Depuis 2007, elle est experte auprès de la cour d’appel de Versailles.Elle anime également de nombreuses formations.

Elle vient de publier Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés, sous-titré Journal de la consultation “Souffrance et travail” 1997-2008 (éd. Pearson).

Written by jfrio

octobre 6, 2008 at 2:37